3

Journaliste, fondateur et directeur de Presse Infos Plus
Carte de presse n°81243
Membre de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Membre du bureau du Sapig (Syndicat des agences de presse d’informations générales)

Spécialisé dans les secteurs sanitaire et médico-social : organisation, financement et politiques publiques.

Expérience et formation

 

Activités

L’ensemble de mon travail se déroule aujourd’hui au sein de l’agence de presse Presse Infos Plus créée en 2009 et qui s’est vue reconnaître le statut d’agence de presse en octobre 2010.

Si je poursuis mon travail de rédaction, je consacre également beaucoup de temps à l’animation de l’équipe de rédaction de l’agence et aux projets éditoriaux de ses clients.  L’essentiel de la production de contenus de l’agence concerne les secteurs sanitaire et médico-social.

 

Les mots qui sourient

L’élection de Barack Obama marque également la victoire d’un autre vocabulaire. Après les années de la peur, voici les années de l’espoir. Il est frappant de voir comme le charisme du 44e président des États-Unis est porté, soutenu par des mots qui entrent en rupture avec ceux de son prédécesseur et qui noircissent les discours des hommes politiques depuis le 11 septembre 2001. Notre élection présidentielle française de 2007 avait commencé le revirement sémantique, sans toutefois parvenir à éviter la mièvrerie et la grandiloquence.

Avec Barack Obama, il n’est plus ridicule d’avoir des rêves et de fonder l’action politique sur l’espoir et la volonté de construire ensemble un monde meilleur. C’est un bol d’oxygène pour nos cellules euphoriques, soumises à rude épreuve depuis quelques années. Elles étaient asphyxiées à coup de diatribe et de discours solennels dissertant sur les guerres de civilisation, les opérations militaires, le terrorisme… Les peuples n’en pouvaient plus de se haïr et de voir en leur voisin intérieur ou extérieur un ennemi, un bourreau.


Ce n’est pas la réalité que change Obama, c’est la façon de la regarder et la façon d’imaginer ce que les hommes peuvent en faire. Barack Obama n’a pas caché les difficultés, n’a pas dépeint un monde idéal. Par ses mots et ses idées, il a simplement, et c’est déjà beaucoup, insufflé l’idée que le combat peut être aussi fondé sur des valeurs de vie et non exclusivement sur l’idée de mort.

Parions que, malgré les guerres qui perdurent et l’économie qui s’obstine à craquer, nous allons voir fleurir dans les discours et les médias du monde occidental une nouvelle gamme de mots, plus fleuris, plus optimistes. Des mots qui font sourire. En France, le quotidien catholique La Croix a pris de l’avance en choisissant depuis quelques années de favoriser autant que faire se peut un regard bienveillant sur l’actualité. Il en a d’ailleurs tiré profit puisqu’il fait partie des rares quotidiens nationaux qui ont vu leurs ventes augmenter. De son côté, Nicolas Sarkozy, qui excelle dans le discours sécuritaire et la victimisation de la société, va devoir rapidement revoir ses discours, s’il veut profiter de cette renaissance des idées positives. Faisons confiance à son flair politique pour modifier son vocabulaire.