3

Journaliste, fondateur et directeur de Presse Infos Plus
Carte de presse n°81243
Membre de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Membre du bureau du Sapig (Syndicat des agences de presse d’informations générales)

Spécialisé dans les secteurs sanitaire et médico-social : organisation, financement et politiques publiques.

Expérience et formation

 

Activités

L’ensemble de mon travail se déroule aujourd’hui au sein de l’agence de presse Presse Infos Plus créée en 2009 et qui s’est vue reconnaître le statut d’agence de presse en octobre 2010.

Si je poursuis mon travail de rédaction, je consacre également beaucoup de temps à l’animation de l’équipe de rédaction de l’agence et aux projets éditoriaux de ses clients.  L’essentiel de la production de contenus de l’agence concerne les secteurs sanitaire et médico-social.

 

Tentative d’abrogation de l’ordonnance de réforme de la biologie médicale. Le film

(Publié par Biologie Médicale n°91 – mars 2011)

Sans conteste, ce premier trimestre 2011 aura été marqué pour la biologie médicale française par la tentative d’abrogation de l’ordonnance du 13 janvier 2010 au travers d’un amendement adopté le 9 février, à 23 h 30, en première lecture du texte sur la bioéthique. Amendement présenté par le député Jean-Sébastien Vialatte et quatre autres députés UMP et centriste (Olivier Jardé, Jacques Domergue, Bérengère Poletti et Valérie Boyer). Cet amendement déposé à la dernière minute n’aurait pas dû vivre plus de quelques heures, le temps de se faire rejeter. Un arbitrage de Matignon s’était en effet prononcé vigoureusement contre.

Mais, étrangement, plutôt que de faire entendre la voix officielle du gouvernement, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a choisi de «s’en remettre à la sagesse de l’Assemblée ». Laquelle, côté majorité, a voté comme un seul homme cet amendement présenté par un député, lui-même biologiste, et donc vu comme portant la voix de l’ensemble de la profession… Devant le tollé provoqué par ce vote (lire, p. 11, la position du SDB), qui met à bas un long processus de concertation et, surtout, qui ignore le fait qu’une bonne partie de la profession s’est déjà réorganisée en fonction de l’ordonnance de janvier 2010, Xavier Bertrand a très vite fait savoir qu’il ne souhaitait pas que l’ordonnance soit abrogée. L’amendement doit donc disparaître au fil du parcours parlementaire de la loi bioéthique. Loi bioéthique dont certains articles font eux-mêmes référence à l’ordonnance de réforme de la biologie… Il faudra toutefois attendre le vote définitif de cette loi, dans quelques semaines, voire mois, pour affirmer que cette tentative n’aboutira pas. Le Parlement réserve en effet de nombreuses surprises en ces temps préélectoraux.


20 avril 2011