3

Journaliste, fondateur et directeur de Presse Infos Plus
Carte de presse n°81243
Membre de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Membre du bureau du Sapig (Syndicat des agences de presse d’informations générales)

Spécialisé dans les secteurs sanitaire et médico-social : organisation, financement et politiques publiques.

Expérience et formation

 

Activités

L’ensemble de mon travail se déroule aujourd’hui au sein de l’agence de presse Presse Infos Plus créée en 2009 et qui s’est vue reconnaître le statut d’agence de presse en octobre 2010.

Si je poursuis mon travail de rédaction, je consacre également beaucoup de temps à l’animation de l’équipe de rédaction de l’agence et aux projets éditoriaux de ses clients.  L’essentiel de la production de contenus de l’agence concerne les secteurs sanitaire et médico-social.

 

Pertinence des actes : trouver le bon moyen de maîtriser la complexité

(Publié par Hospimédia.fr le 20 mai 2011)

Derrière l’incantation et les bonnes intentions sur la pertinence des actes, se pose plus la question du changement de la culture collective que de l’élaboration de dispositifs alambiqués et contre-productifs. La réflexion conduite sous la houlette de la FHP le 18 mai l’a parfaitement illustré.

Le débat sur la pertinence des actes a été lancé depuis plusieurs mois par la Fédération hospitalière de France et son président, Jean Leonetti. La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) l’a repris à son compte lors du Forum missions santé 2011 qu’elle organisait le 18 mai après-midi. Comme Jean-Loup Durousset, son président, l’a souligné en ouverture, la volonté des organisateurs était de « dépasser la polémique » et le trop simple clivage privé-public. La preuve, Jean Leonetti a eu toute sa place dans des débats qui ont pointé la complexité du sujet.

 

Quels critères pour quelle pertinence ?

Ne serait-ce que définir les critères de la pertinence s’avère un casse-tête. De multiples facteurs sont à prendre en compte, et la place du curseur qui dose le poids respectif de chacun n’est pas des plus faciles à déterminer. Pertinence médicale, économique, sociétale, quel doit être le mètre-étalon ? De plus, il existe des milliers d’actes recensés dans les différentes nomenclatures. Il faut donc être capable de déterminer pour chacun d’eux une recommandation, « qui n’a que cinq ans de validité médicale, voir qui est déjà obsolète au moment où elle sort », a souligné un des intervenants. (la suite sur Hospimédia.fr)


15 juin 2011