3

Journaliste, fondateur et directeur de Presse Infos Plus
Carte de presse n°81243
Membre de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Membre du bureau du Sapig (Syndicat des agences de presse d’informations générales)

Spécialisé dans les secteurs sanitaire et médico-social : organisation, financement et politiques publiques.

Expérience et formation

 

Activités

L’ensemble de mon travail se déroule aujourd’hui au sein de l’agence de presse Presse Infos Plus créée en 2009 et qui s’est vue reconnaître le statut d’agence de presse en octobre 2010.

Si je poursuis mon travail de rédaction, je consacre également beaucoup de temps à l’animation de l’équipe de rédaction de l’agence et aux projets éditoriaux de ses clients.  L’essentiel de la production de contenus de l’agence concerne les secteurs sanitaire et médico-social.

 

Finances publiques : mauvais augures

(Publié par le Chirurgien dentiste de France – juillet 2011).

Comme chaque année, la Cour des comptes publie son analyse sur la situation et les perspectives des finances publiques*. S’il y a un léger mieux, il n’y a pas encore de quoi crier victoire et la route sera encore longue. Et la cour cible en particulier les efforts à poursuivre sur… les comptes sociaux dont fait partie l’assurance maladie.

« Après avoir atteint un niveau exceptionnel en 2009, le déficit public a baissé de 0,4 point en 2010 pour revenir à 7,1% du PIB » note la Cour des comptes dans son communiqué de presse. Pour aussitôt tempérer la joie irrépressible provoquée chez certains par cette bonne nouvelle en précisant que ce déficit reste « bien trop élevé pour contenir la progression de la dette publique ». En clair, notre dette continue à augmenter et il faudra créer bien plus de richesses ou réduire de façon encore plus drastique nos dépenses pour commencer à stopper sa progression, voire commencer à la faire diminuer.

Dans son analyse, la Cour des comptes prend bien soins d’isoler les effets de la crise et des plans de relance du déficit « structurel ». Or ce dernier ne s’est pas réduit et « représente 5 % du PIB ». « Il est supérieur de 3 points à celui de l’Allemagne », souligne-t-elle non sans malice. Et d’ajouter que ce déficit provient essentiellement de l’État, mais aussi que « le déficit structurel du régime de la sécurité sociale représente à lui seul 0,7 point de PIB alors qu’il devrait être nul ».

Il n’est donc pas étonnant que la Cour des comptes affirme dans ses préconisations qu’il est « particulièrement urgent de définir les modalités du nécessaire rééquilibrage des comptes sociaux ». Pour la cour, la stabilisation des comptes sociaux ne suffit pas. Elle évoque d’ailleurs l’Assurance maladie dans des termes qui n’augure rien de bon pour la prochaine loi de financement de la sécurité sociale puisqu’elle demande « de nouvelles mesures de redressement ». La satisfaction affichée par le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, d’avoir tenu en 2010 l’objectif national des dépenses de santé (Ondam), est donc à relativiser et ne doit donc pas laisser espérer de trop importante « marges de manœuvre » pour les prochains mois. Marges qui ont très certainement déjà été « mangées » par la revalorisation du C à 23 euros pour les médecins. Les combats syndicaux de l’année, en particulier sur la convention, s’annoncent donc rudes.

Mais la cour ne s’en tient pas uniquement à la maîtrise des dépenses. Elle estime qu’une « augmentation des recettes publiques, au moins temporaire, est inévitable » et réclame une vaste « réforme de la structure des prélèvements obligatoire ». En précisant qu’outre « un objectif de rendement, elle doit viser à améliorer la compétitivité des entreprises, pour renforcer la croissance potentielle, et à partager équitablement les efforts ». Fermer le ban.

* Les finances publiques regroupent les comptes de l’Etat, des collectivités locales et les comptes sociaux.


4 août 2011
Pas de commentaire »

Laissez un commentaire