3

Journaliste, fondateur et directeur de Presse Infos Plus
Carte de presse n°81243
Membre de l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

Membre du bureau du Sapig (Syndicat des agences de presse d’informations générales)

Spécialisé dans les secteurs sanitaire et médico-social : organisation, financement et politiques publiques.

Expérience et formation

 

Activités

L’ensemble de mon travail se déroule aujourd’hui au sein de l’agence de presse Presse Infos Plus créée en 2009 et qui s’est vue reconnaître le statut d’agence de presse en octobre 2010.

Si je poursuis mon travail de rédaction, je consacre également beaucoup de temps à l’animation de l’équipe de rédaction de l’agence et aux projets éditoriaux de ses clients.  L’essentiel de la production de contenus de l’agence concerne les secteurs sanitaire et médico-social.

 

L’écrit et Internet : après la sidération, la conquête ?

Les règles d’écriture sur Internet doivent-elles être différentes de celles couramment admises pour la presse ou l’édition papier ? Les barrières techniques tombant les unes après les autres, notamment grâce aux systèmes de gestion de contenu (CMS) tel que WordPress (utilisé pour ce blog), Joomla ou Spip, la question se ressert autour de la qualité de l’écrit lui-même et non autour de la capacité à le publier sur le site.

Il reste encore des consignes techniques spécifiques visant à répondre aux exigences du référencement naturel par les moteurs de recherche. Mais en dehors de ce point, les questions à se poser, en temps que rédacteur, sont-elles si différentes que pour les autres écrits ? Écrire un texte informatif n’exige-t-il pas systématiquement d’avoir répondu à ces deux questions :

– Pour quel lecteur ce texte est-il rédigé ?
– Sur quel support va-t-il être publié ? Et donc, comment est conçue la maquette, quels sont les niveaux de lecture prévus, quel est le format du texte (long, court…), comment est construit le rapport texte/image ? Quelle est la ligne rédactionnelle et quel est le ton de la publication ?


Un rédacteur professionnel, journaliste ou communicant, doit avoir la capacité d’intégrer l’ensemble de ces paramètres et de produire le texte y répondant, quelle que soit la forme du support, papier ou numérique.

Il apparaît donc que le problème des textes publiés sur Internet est en fait de deux ordres :

– Beaucoup de sites Internet ont été conçus sans réflexion relative à la ligne rédactionnelle.
– Rares sont les textes publiés sur Internet à être le fruit d’un travail de professionnels de l’écriture. Résultat, comme pour tout travail d’amateur, le meilleur côtoie le pire, sans que l’on puisse s’assurer d’un niveau minimum.

Ce résultat imparfait et excessivement inégal est tout à fait légitime pour tous les sites privés. Il est en adéquation totale avec l’esprit de liberté qui fait tout l’intérêt d’Internet. En revanche, c’est un véritable problème pour les sites dits professionnels. Il y a encore beaucoup d’entreprises ou d’institutions qui acceptent sur leurs sites une qualité de contenu qu’ils ne tolèrent pas sur leurs documents imprimés. Leurs sites Internet bénéficient trop souvent encore d’une sorte d’impunité due à la nouveauté.

Mais si Internet n’en finit pas d’évoluer, les professionnels de l’écrit aussi. Parions qu’après un moment de sidération, ils vont enfin investir en masse ce nouveau support, qui demande certes quelques adaptations, mais qui répond en tout point aux mêmes codes profonds de l’écriture journalistique. Si ce basculement est en court dans le discours, il reste encore à ce qu’il soit culturellement intégré. Sur ce plan, l’homme ne va pas aussi vite que les possibilités techniques qu’ils se donnent, surtout en matière d’écriture où les figures tutélaires d’illustres aînées pèsent de tout leur poids.

Pas de commentaire »

TrackBack URI

Laissez un commentaire